DOMINIQUE A – 1992

 

SÉLECTION PERSONNELLE L'ouvrage "LA DISCOTHÈQUE PARFAITE DE LA CHANSON FRANÇAISE" de Gilles Verlant et Stan Cuesta est mis à l’honneur dans les pages "LECTURES" de ce Website via quelques fragments choisis, expositions orientées, chroniques d’albums familiers dont la résonance perdure.

"Delrine Site Officiel Mes Disques Repères : DOMINIQUE A"

DOMINIQUE A

LA FOSSETTE – 1992

Le premier album de Dominique A – si l’on met de côté (mais pour ça, il faudrait déjà l’avoir) son 33 tours autoproduit à 150 exemplaires, « Un disque sourd », paru confidentiellement l’année précédente – fut une véritable révolution dans le paysage un peu somnolent de la chanson française. Et pourtant, ce disque ne hurlait pas, bien au contraire, il murmurait aux oreilles de quelques jeunes ados solitaires qui se mirent à le chérir tel un véritable trésor. D’autant plus qu’il choquait à peu près tous les autres – les grands médias, bien sûr, mais aussi la presse rock traditionnelle – par son dénuement et son côté ostensiblement bricolé, sans aucun respect pour le son policé et ennuyeux qu’on entendait alors partout et que vénéraient unanimement studios d’enregistrement, maisons de disques et radios commerciales.

Décrire « La Fossette » comme un album minimaliste, c’est encore loin du compte. Il fallait oser enregistrer ses chansons sur un coin de table, avec un synthétiseur probablement déniché au Prisunic du coin et une guitare sommaire (chère à Boby Lapointe), d’une voix haut perchée, fragile et un peu maniérée, qui débite des textes à la simplicité déstabilisante… Et il fallait encore plus oser les sortir en disque !

Sans avoir l’air d’y toucher, Dominique A remettait tout en question : qu’est-ce qu’un disque, une chanson, un texte, un chanteur ? Il puisait tout autant ses racines dans le rock indépendant que dans la littérature, ce qui ne pouvait que plaire aux Inrockuptibles, qui trouvaient enfin là un chanteur français emblématique de leur esthétique. Avec l’aide de Bernard Lenoir sur France Inter, ils se firent donc les champions de « La Fossette ».

Le résultat ne se fit pas attendre : le titre « Le Courage des oiseaux » devint un véritable succès underground. Dominique A était lancé… très vite suivi par une flopée de chanteurs s’engouffrant dans la brèche ici ouverte, une progéniture qu’il ne voudra pas toujours reconnaître et qui allait bientôt former la grande famille de la « nouvelle scène française »

 

Ecoutez les albums  « LA FOSSETTE » + « UN DISQUE SOURD » de Dominique A

 

Chronique extraite de l'ouvrage LA DISCOTHÈQUE PARFAITE DE LA CHANSON FRANÇAISE de Gilles Verlant et Stan Cuesta - 2011. Editions FETJAINE