HUBERT-FéLIX THIéFAINE – 1982

 

SÉLECTION PERSONNELLE L'ouvrage "LA DISCOTHÈQUE PARFAITE DE LA CHANSON FRANÇAISE" de Gilles Verlant et Stan Cuesta est mis à l’honneur dans les pages "LECTURES" de ce Website via quelques fragments choisis, expositions orientées, chroniques d’albums familiers dont la résonance perdure.

HUBERT-FELIX THIEFAINE

SOLEIL CHERCHE FUTUR – 1982

Thiéfaine est un véritable cas d’école : snobé toute sa vie par les médias, il a séduit, au fil d’une riche et longue carrière, un public de plus en plus large, grâce à la scène et à une production discographique sans concessions. Dès son premier album, « Tout corps branché sur le secteur étant appelé à s’émouvoir », en 1978, la poésie hermétique de cet héritier de Léo Ferré a le don de hérisser les radios, même si certains diffusent (parfois) La fille du coupeur de joints.

Après trois albums à l’ambiance plutôt folk, Thiéfaine prend au début des années 1980 un virage franchement rock – grâce à la complicité de son fidèle guitariste et compositeur, Claude Mairet – avec « Dernières balises (avant mutation) », suivi de ce « Soleil cherche futur », considéré comme l’un de ses grands classiques.

Le chanteur-poète – autant influencé par la Beat Generation que par Rimbaud ou Lautréamont – pose ses mots puissants, emprunts d’un désespoir flamboyant, sur un son froid typique du rock des eighties, avec ses batteries lourdes, sa basse obsédante et ses grosses guitares. Deux titres se détachent particulièrement sur cet album et vont devenir des standards du répertoire de Thiéfaine, Loreleï Sebasto Cha, qui sera presque un tube, et Les Dingues et les Paumés, emblématique de son univers lyrique et torturé.

Autre morceau de bravoure, Ad Orgasmum Aeternum s’envole grâce à un break instrumental de toute beauté, presque planant avec son solo de guitare saturée sur fond de nappes de cordes synthétique, qui évoque fortement certaines musique de Gérard Manset, autre grand marginal de la chanson française.

Comme l’auteur de « Lumières », Thiéfaine se construit un public fidèle et fervent, qui le suit de disque en disque, sans l’aide de la télévision ou de la radio. Là où sa trajectoire diffère de celle de Manset, c’est que la presse branchée le boude aussi… Mais il parcourt la France sans relâche et, grâce à ses prestations scéniques héroïques, impose une autre façon de faire ce métier. Un bel exemple de courage, d’intégrité et d’opiniâtreté.  

 

Ecoutez l’album « SOLEIL CHERCHE FUTUR »

 

Chronique extraite de l'ouvrage LA DISCOTHÈQUE PARFAITE DE LA CHANSON FRANÇAISE de Gilles Verlant et Stan Cuesta - 2011. Editions FETJAINE