où que j’aille

OÙ QUE J’AILLE. 4’40

Par delà l’horizon et au-delà des mers
J’ai parcouru le monde
De fortune en revers
Mais des océans aux plus chauds des déserts
J’ai délaissé le plus précieux
Des trésors de la terre

Si les mots sont gommés, effacés
Je ne vous ai jamais oublié

Face au Grand Canyon
Dans les palais de Rome
Dans la mer de corail
Doucement dans la brume
Dans un quartier de lune
Où que j’aille, où que j’aille
J’ai retrouvé l’image de votre visage
Comme un tableau du Caravage

Pour une piste aux étoiles, des châteaux en Espagne
De Shanghai à Bergame
J’ai sacrifié le plus beau des sésames

Si l’amour a glissé au fond des glaciers
Je ne vous ai jamais oublié

Face au Grand Canyon
Dans les palais de Rome
Dans la mer de corail
Doucement dans la brume
Dans un quartier de lune
Où que j’aille, où que j’aille
J’ai retrouvé l’image de votre visage
Comme un tableau du Caravage

Par delà l’horizon et au-delà des mers
Je filais comme la fronde, sur le monde
De fortune en revers

Si les mots sont gommés, effacés
Je ne vous ai jamais oublié

Face au Grand Canyon
Dans les palais de Rome
Dans la mer de corail
Doucement dans la brume
Dans un quartier de lune
Où que j’aille, où que j’aille
J’ai retrouvé l’image de votre visage
Comme un tableau du Caravage

Traversant les murailles anciennes
Des arènes romaines
Dans le vernis d’un marbre blanc…
Éclatant !
J’ai retrouvé l’image de votre visage
Comme un tableau du Caravage

Texte, musique & arrangements : D E L R I N E – Texte du 4 au 16 janvier 2018. Nevers.