J’étais l’oiseau (1978)

J’ÉTAIS L’OISEAU. 3’16

Ne reviens pas sur tes pas
Au bord du canal
Fatras de nos jeunesses
Il ne reste plus rien de la joie des enfants rois

Ne retiens pas entre tes doigts
Ces grains de mémoire
Lambeaux d’une kermesse
Ne laisse pas l’ombre des années neuves s’accrocher à toi

Ne reste pas à pleurer devant ma tombe
J’étais l’oiseau, aux ailes rapides
Mais la gage est vide, la cage est vide
Je n’y suis plus
Je ne reviendrai pas
Je suis loin devant déjà

Avance et balance
Ce qui te tient
Tout ce qui te colle
Et te maintient le cœur au ras du sol
Ta mémoire n’est qu’une herbe folle, folle

Avance dans l’indifférence
D’un imaginaire
De tout ce qui fut
Et qui n’est que chimère
Et qui n’en finit pas de te mettre la tête à l’envers

Ne reste pas à te lamenter devant ma tombe
J’étais l’oiseau, au vol rapide
Comme un bolide, comme un bolide
Nul autre que moi
Ne passe par là
Et je ne reviendrai pas…

Texte, musique & arrangements : D E L R I N E