VÉRONIQUE SANSON – 1972

SÉLECTION PERSONNELLE 

L'ouvrage "LA DISCOTHÈQUE PARFAITE DE LA CHANSON FRANÇAISE" de Gilles Verlant et Stan Cuesta est mis à l’honneur dans les pages "LECTURES" de ce Website via quelques fragments choisis, expositions orientées, chroniques d’albums familiers dont la résonance perdure.

VÉRONIQUE SANSON

AMOUREUSE – 1972

La sortie de cet excellent premier album est un véritable choc. Des talents aussi indiscutables n’apparaissent pas tous les ans. En 1972, Véronique Sanson apporte quelque chose de neuf à la chanson française : l’influence du soft-rock californien qui s’impose alors comme un courant dominant de la musique mondiale. Dès la sortie de ce disque, elle se place comme l’égale des grandes auteures compositrices interprètes américaines des ces années là, que sont Joni Mitchell ou Laura Nyro.

Dès le premier titre, Amoureuse, on sait que c’est gagné. Les arrangements sont splendides, à base de guitares acoustiques et de piano, parfois relevés de cordes somptueuses : un son que tout le monde essaie de reproduire aujourd’hui sans vraiment y parvenir. Peut-être parce qu’il manque souvent le principal, qui nous prends ici à la gorge dès les premières mesures : une voie hallucinante, belle, pure et puissante, dotée de ce vibrato si particulier. Si on ajoute des mélodies qui tuent et des paroles simples et émouvantes, le tour est joué, une grande dame de la chanson est née !

Le disque contient au moins deux autres sommets : Besoin de personne, premier tube de Véronique Sanson, qui impose immédiatement son style original sur toutes les radios de France, et Bahia, le type même du morceau d’album qui accède naturellement au statut de grand classique.

L’album est produit par Michel Berger, le complice et compagnon de la chanteuse, lui aussi pianiste et compositeur surdoué, qui obtient là son premier succès en tant que réalisateur – il va bientôt récidiver avec Françoise Hardy puis, bien sûr, France Gall – avant de devenir à son tour une star de la chanson, quelques années plus tard. Leurs styles sont suffisamment proches pour qu’on se demande à posteriori qui à influencé qui…

La créativité de Véronique Sanson est alors affolante puisqu’elle publie, en cette même année 1972, un deuxième album tout aussi réussi. Réalisé six mois plus tard par la même équipe – Berger et Bernholc, auxquels elle dédie le titre Les Michel – dans le même studio, « De l’autre coté de mon rêve » contient lui aussi trois classiques (Comme je l’imagine, Une nuit sur son épaule, Chanson sur une drôle de vie). Les deux albums seront certifiés doubles disques d’or (plus de 200.000 exemplaires vendus). La qualité paie !

 

Ecoutez l’album « Amoureuse » de Véronique Sanson

 

Chronique extraite de l'ouvrage LA DISCOTHÈQUE PARFAITE DE LA CHANSON FRANÇAISE de Gilles Verlant et Stan Cuesta - 2011. Editions FETJAINE